Maëlys Plessis : Lorsque je revenais de blessures je gagnais en motivation

Sans titre 1

Maëlys Plessis a consacré sa vie à la gymnastique, en équipe de France depuis l’âge de 14 ans, elle a décidé en juin dernier de mettre un terme à sa carrière. Aujourd’hui  étudiante en première de STAPS, elle nous raconte ce qui a motivé sa décision et revient sur les moments clés de sa carrière.

Lorsque j’étais en arrêt je pense que c’était plus dur psychologiquement que physiquement

  • Tu as pris ta retraite en juin dernier, peux-tu nous expliquer ce qui a motivé ta décision ?

Avec mes nombreuses blessures je n’étais pas en forme physiquement, et donc moralement ce n’était pas le top non plus. Les études m’ont également guidé vers ce choix.

  • Tu as arrêté 1 an avant les Jeux Olympiques, est-ce que tu n’as pas pensé rester encore une saison pour tenter ta chance ? Tu étais revenu à un bon niveau au championnat de France DN et de manière globale tu as toujours fait de bons résultats à tes retours de blessures

J’ai beaucoup réfléchi avant de prendre ma décision notamment parce qu’un an après il y avait les jeux mais je sentais vraiment que physiquement et moralement c’était difficile et puis je voulais vraiment me concentrer sur mon bac.

  • Comment résumerais-tu ta carrière ?

Je n’ai pas de mots précis, je dirais que ça a été une super expérience et j’en garde de merveilleux souvenirs aujourd’hui.

  • Pour revenir à ton parcours, il est vrai que tu as été souvent blessée, as-tu un physique fragile ?

Non je ne pense pas avoir un physique fragile, maintenant c’est vrai que depuis 2013 j’ai eu pas mal de problèmes physiques.

  • Malgré ces blessures tu as réussi à faire de bons résultats notamment une finale en championnat d’Europe, une médaille aux Jeux Méditerranéen et deux médailles en championnat de France Élites. Quel restera ton meilleur souvenir ?

Je dirais peut-être ma finale au championnat d’Europe, c’était vraiment impressionnant.

  • En 2014, tu as été sélectionnée pour les championnats du monde puis finalement tu as dû renoncer pour faute de blessure. Cela a-t-il été le plus gros coup dur de ta carrière ?

Oui, je venais de me qualifier pour participer à mes premiers championnats du monde et le fait que je me sois blessée juste après la sélection ça a vraiment été un coup dur, c’était difficile moralement.

263198_452387601519923_1824621182_n

  • Comment as-tu vécu ces périodes ? Cela été plus dur psychologiquement ou physiquement ?

Lorsque j’étais en arrêt je pense que c’était plus dur psychologiquement que physiquement car je ne forçais pas sur ma blessure. J’étais donc frustrée de ne pas pouvoir travailler dessus.

  • Qu’est-ce qui t’a poussé à continuer la gymnastique et à revenir ?

Je ne sais pas trop, globalement après mes blessures je ne pensais pas à arrêter mais plutôt à revenir. Malgré ma blessure je me sentais bien physiquement et surtout après quelque temps d’arrêt j’avais très envie de reprendre donc continuer était plutôt évident. Lorsque je revenais de blessures je gagnais en motivation.

  • Tu étais plutôt une généraliste mais y a-t-il un agrès que tu préférais ?

Suivant les périodes ça variait entre la poutre et le sol.

  • Tu as commencé la gymnastique à l’âge de 4 ans, comment es-tu arrivée jusqu’au pôle de Saint-Etienne ?

Depuis toute petite je suis licenciée à l’Avant-Garde du Mans, je m’y suis entraînée jusqu’à l’âge de 10 ans puis je suis rentrée au pôle de Créteil. Je suis ensuite allée au pôle espoir de Meaux, puis comme j’allais passer en troisième il fallait que j’intègre un pôle France, je suis donc rentrée au pôle de Saint-Etienne.

  • Que retiens-tu de tes années de pôles ?

J’ai arrêté la gym avec pleins de souvenirs, notamment grâce aux compétitions et aux voyages que j’ai pu faire. De plus la gym nous apporte une certaine discipline qui me sert beaucoup aujourd’hui

  • Y’a-t-il un élément que tu aurais rêvé de savoir faire ?

J’aurais bien aimé savoir faire le shapo aux barres.

  • Qu’est-ce que la gymnastique t’a appris et qui te sert au quotidien ?

La gymnastique m’a appris à aller au bout de ce que je veux faire, elle m’a également apporté une certaine discipline et une autonomie, ce qui me sert beaucoup aujourd’hui.

  • Enfin, aujourd’hui comment vis-tu ta vie de retraité, tu dois avoir beaucoup plus de temps libre ? Suis-tu toujours la gymnastique ?

Je la vis très bien ahah, oui j’ai beaucoup plus de temps libre et c’est plutôt agréable. Je profite également beaucoup de ma famille. Je suis toujours les résultats de loin, et je reste très en contact avec les filles de Saint-Etienne notamment, qui sont de très très bonnes amies.

Merci à Maëlys Plessis d'avoir répondu aux questions
© Propos recueillis par Actus-Gymnastique

Pour anecdote, j’avais relayé l’information sur le fait que Maëlys Plessis mettait un terme à sa carrière. Ce jour-là, le blog a battu le record de visites jamais enregistrées : 19677

Sans titre 7

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s