Louise Vanhille : Forfait 1 fois pas 2

Sans titre 3

Elle disait : Je voudrais avoir le survêtement où il y a écrit France dans le dos

C’était la belle image de l’assemblée générale de Dunkerque gym, vendredi, d’ailleurs plutôt pauvre dans ce registre. Lorsque Sandrine Thuilliez, la présidente, a annoncé que Louise Vanhille se trouvait au fond de la salle, les gamines aux premiers rangs se sont levées et retournées à la vitesse d’un salto. Comme s’il s’agissait de ne pas manquer cette apparition quasi divine. « Lilou » était dans la salle. À Dunkerque, donc. Ce qui est rare. Deux semaines l’été, huit jours à Noël et quelques jours ici et là, dans l’année. Pas plus.

  • Ses débuts

Ces gamines pouvaient-elles s’imaginer la force de caractère qu’il a fallu à la Nordiste pour quitter le giron familial, à 10 ans ? « Je crois que ça a fait plus bizarre à toi qu’à moi », nuance Louise Vanhille, en se tournant vers sa maman, Karine. Après un conciliabule en famille, avec Thierry, le papa, et Paul, le frère aîné, la gamine, à l’époque, a décidé de faire le grand saut. « Je ne me suis pas posé de questions. Si ça n’allait pas, je revenais. J’ai essayé. »

La Nordiste reconnaît que ça a été dur jusqu’en décembre, la première année. Et puis elle a trouvé ses marques, s’est prise au jeu de 224356_333108446780086_239017474_nla compétition de haut niveau. Louise Vanhille avait un rêve. « Elle disait : Je voudrais avoir le survêtement où il y a écrit France dans le dos », se rappelle sa maman.

La Leffrinckouckoise avait 10 ans. Elle ne comptait que trois ans de pratique derrière elle, après avoir tenté d’abord de jouer au foot, à la natation et au basket. Sa voisine, gymnaste à l’UMRO, l’a finalement guidée vers la salle. Une révélation. « Les sensations » l’ont séduite. L’art de se mouvoir en l’air. C’est peut-être pour ça que la Nordiste brille aux barres asymétriques.
Les étapes ont brûlé sous la fulgurance de sa progression. L’an passé, elle est déjà devenue championne de France seniors, à égalité avec Anne Kuhm.

 

  • Sa vie à Saint-Étienne

« Il y a des sacrifices, mais il y a des choses que je n’aurais jamais pu vivre en temps normal »

Il y a trois ans, la Nordiste a quitté Meaux pour Saint-Étienne et son pôle France. Chaque jour, elle développe ses savoir-faire avec les espoirs françaises, sur les conseils de Marie-Angéline Colson et Xiaolin Ning. La gymnastique ne supporte pas le manque d’engagement, de continuité dans le travail.

Le tarif est invariable, chaque semaine : 30 heures d’entraînement, plus les cours, en seconde. Louise Vanhille bénéficie d’horaires Sans titre 2aménagés et partage la classe avec pas mal de sportifs, dont les apprentis footballeurs de Saint-Étienne. Elle intégrera une 1re ES à la rentrée.

Le soir, c’est retour à la maison, dans une famille d’accueil. « Valérie (la dame qui l’héberge) ne connaît rien à la gym. On n’en parle pas. On rigole bien. Je suis avec une autre gymnaste, Maëlys (Plessis), qui est comme ma sœur. Et ça nous fait une vie de famille, aussi. »

Aujourd’hui, au fil du temps, Louise Vanhille a perdu de vue ses amies dunkerquoises. « Je suis partie en CM2… », explicite-t-elle. La Nordiste a déjà du recul. « Il y a des sacrifices, mais il y a des choses que je n’aurais jamais pu vivre en temps normal. Aujourd’hui, j’ai des amis partout en France. »

  • Elle rêve des Jeux Olympiques

Déterminée, dotée d’un fort caractère, deux atouts pour faire du haut niveau, la Nordiste ne rêve pas des JO de Rio. Elle en a fait un objectif. « Il faudra s’y qualifier en octobre 2015, à Glasgow. » D’ici là, elle sait qu’elle doit tendre vers toujours « plus d’exigence. » Ce qu’elle s’impose depuis ses 7 ans, en fait. « Au départ, avant d’aller à ses premiers entraînements, elle pleurait. On lui disait : si tu ne veux pas y aller, on rentre à la maison », raconte sa maman. Louise Vanhille voulait y aller. Seulement, elle se mettait la pression. Parce qu’elle débutait et que, souci, elle n’était pas la meilleure… Ça n’a pas duré longtemps. Le survêtement avec « France » écrit dans le dos ne lui suffira peut-être pas longtemps.

 

  • Objectif : Championnat du monde 2014

 « J’ai eu le coude luxé et une fracture de l’epitrochlée »

Blessée au coude en mars, la Nordiste entend vite se rétablir pour participer aux championnats du Monde, à Nanning (Chine), début octobre. Surtout, Louise Vanhille devra montrer qu’elle a recouvré l’intégralité de ses moyens, fin août, lors de la phase de sélection nationale. Il faudra faire partie des sept meilleures, alors qu’un groupe de six filles se rendra en Chine du 3 au 12 octobre.
C’est évidemment largement dans les cordes de Louise Vanhille, championne de France juniors, l’an passé, puis quelques mois plus tard, meilleure senior (avec Anne Kuhm), lors des Coupes nationales, en Vendée.

En mars, alors qu’elle répétait ses gammes, la Leffrinckouckoise a subi la première vraie blessure de sa carrière. « Au début, il a Sans titre 4fallu accepter. J’ai eu le coude luxé et une fracture de l’epitrochlée (versant interne du coude) », raconte Louise Vanhille. Deux broches ont même été posées.
Mais la gymnaste tricolore n’a pas perdu de temps. Elle a travaillé tout ce qui pouvait l’être, sans les bras. Elle a déjà manqué les championnats d’Europe, en mai, à Sofia, où elle aurait pu briller et pourquoi pas surprendre aux barres asymétriques. Alors, un forfait, mais pas deux.
Lors de son court passage à Dunkerque, le week-end dernier, elle n’a pas perdu de temps. Suite du travail, suite des soins avec le kiné. Elle espère être du rendez-vous chinois, pour ses premiers grands championnats internationaux, en seniors.
Si ce n’est pas la route la plus directe pour Rio de Janeiro et les JO, au Brésil, ça fait partie de l’itinéraire.

 

La Voix du Nord : Article original

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s